Rabat-les-Trois-Seigneurs. De nouveaux sentiers jaillissent de la sueur des bénévoles

Publié par la DEPECHE DU MIDI le

Julien Lejeune et François Rasselet mettent des vestiges découverts sur le sentier des anciennes mines de fer à l'abri. Photo DDM

François Rasselet, Christiane Tilmont, Andréanne Retière et Philippe Leclerc forment un collectif de passionnés de randonnée. Soucieux de préserver le patrimoine local, ils font revivre ensemble les chemins communaux de la commune. Equipé de sa tronçonneuse et de son 4x4, François, ancien ingénieur de l'Ecole nationale des arts et des métiers et membre engagé de l'équipe, met à profit ses talents dans l'élaboration des pistes : «Actuellement, nous finalisons le sentier des Mines. Nous travaillons tous depuis un an et avons déjà finalisé quatre sentiers : Les Cazals, Ariel Abal, Payra et le versant Roche Ronde. C'est un travail complexe par ses aspects techniques, par exemple les vérifications au cadastre et le balisage, confie-t-il. Encadrés par Julien Lejeune, de l'association VVM (Vallées villages montagnes), une structure d'insertion par l'activité économique, quatre ouvriers des espaces verts travaillent actuellement sur le sentier des Mines, qui devrait être praticable dans quelques mois».

«En plus du gros œuvre, nous étudions les lignes des terrains et nous cherchons les cheminements les plus faciles pour permettre à de futurs randonneurs de pouvoir y circuler sereinement, explique Julien Lejeune, encadrant technique. Chaque sentier possède sa plaquette descriptive, qui est à disposition à la mairie.»

«Les circuits proposés sont adaptés aux besoins de chacun. Voir les randonneurs profiter des sentiers, c'est un vrai bonheur», conclut Christiane Tilmont, membre actif du collectif.

 

La Dépêche du Midi


L'action de VVM reconnue

Publié par la DEPECHE DU MIDI le

De gauche à droite : Reyes Cruz, Catherine Ortet, Bertrand Pecqueur, Bernard Deffarges, Gilles Galy, Guy Farrugia. Photo DDM

«Jamais deux sans trois», peut dire Bernard Deffarges, le président de VVM (Vallées villages montagne), l'association d'insertion spécialisée dans l'entretien des espaces verts, sentiers et autres travaux de peinture. Ce jour-là, accompagné du trésorier Guy Farrugia et du directeur de la structure, Bertrand Pecqueur, le président recevait des mains de Catherine Ortet et Reyes Cruz, respectivement présidente et vice-président de la société locale d'épargne, un chèque de 10 000 euros. La société locale d'épargne est composée de représentants bénévoles des clients sociétaires de la banque Caisse d'épargne.

«Les associations peuvent déposer un dossier de demande de subvention, avec un projet d'investissement. Dans le cas de VVM, le projet a été retenu par la commission composée d'administrateurs de la SLE. Depuis 2017, neuf associations ont été aidées par le versement de subventions», précise la présidente. Qui ajoute : «Parmi les critères retenus, il y a celui de l'aide aux populations les plus en difficulté».

Le président de VVM reçoit donc pour la troisième fois un chèque de soutien de la SLE, permettant à l'association de s'équiper d'un nouveau véhicule utilitaire, un fourgon en bon état de marche, indispensable pour les chantiers, d'autant qu'un des 4 X 4 vient de tomber en panne, les réparations s'élevant à 3 500 euros. L'association, qui compte 6 salariés encadrants, continue à former 24 personnes dans le dispositif d'insertion.

La Dépêche du Midi

Enedis offre un véhicule à l'association d'insertion VVM

Publié le

de g à d, Philippe Pujol, Bertrand Pecqueur, François Camerlynck, Bernard Deffarges, Guy Farrugia, devant le véhicule pour la remise des clés. Photo DDM

VVM (association d'insertion) a donc reçu d'Enedis un véhicule. Le président Bernard Deffarges, a remercié François Camerlynck directeur territorial, par ces mots : «Nous apprécions ce geste qui va profiter à l'association. Pour aider les plus démunis, il faut se donner la main. Nous avions prévu l'achat d'un véhicule. Votre don nous permet d'éviter une telle dépense, très utile pour aller au contact de personnes qui n'osent pas pousser la porte des structures d'insertion.» Bertrand Pecqueur ,directeur, de préciser : «Nous travaillons avec le local, dans le développement durable. Nous achetons notre matériel, débroussailleuses, les réparations comme le garagiste, tout est en local.» F. Camerlynck, revient sur les valeurs de l'entreprise Enedis , «des valeurs humaines, une entreprise responsable» :

«nous travaillons autant que possible avec les entreprises d'insertion. (...) Nous avons du matériel, comme les véhicules qui sont amortis, qui n'ont plus de valeur comptable. Nous sommes un acteur de la vie locale.» Philippe Pujol, président de la Com-Com de conclure : «La Com-Com est un partenaire très important de VVM, car cette structure sur le territoire est très importante, que ce soit pour l'entretien des sentiers de randonnée, ou que ce soit pour les communes sur des travaux spécifiques. L'association, nous devons rappeler a un taux de réussite en insertion très important. Pour l'ensemble des élus de la communauté des communes, on ne doit pas laisser les gens au bord du chemin. Notre volonté est de développer l'emploi, l'insertion en est un moyen.»

Le véhicule donné est révisé, en parfait état de marche, c'est un Kangoo utilitaire de 200 000 km, qui sera, on s'en doute, fort utile à cette association.

La Dépêche du Midi

Pour plus d'informations, contactez-nous au 05 61 03 17 87 ou sur vvm.tarascon@orange.fr

Nos locaux sont situés au 21 avenue de Sabart à Tarascon sur Ariège.